Sélectionner une page

18 décembre 2018

 

La gare de Lier d’une triste élégance
Bercée par l’indolence des traverses noires
Soupire mélancolique aux destins heureux des voyageurs
Les bords du quai s’embrument
Son sourire hagard s’éteint
Suivant du cœur les locomotives échappées de la grisaille
Toutes ces voies qui mènent à Rome
Éprise d’Antoine, des Césars et des rois espagnols
En voiture ! La perle du sifflet roule, elle prisonnière de son masque de fer
Odieux désespoir, adieu l’orage
Voilà la gare de Lier
Qui part en voyage

Share This